vendredi 8 mai 2020

S8E3 (Francois, héros ordinaire!)

53éme jour de confinement.
Épisode 3 de la saison 8
Le nombre de morts en baisse.
Nombre de cas déclarés         : 137 779
Nombre de morts(jour/total)  :  178 / 25 987

Temps beau ensoleillé.

Francois, héros ordinaire

François habite un village de plus de 1000 habitants.
On appelait cela un bourg il n’y a pas si longtemps, maintenant le nom est désuet.

Ce village vieillit, l’exode vers les villes et le travail a érodé la population.
Seule une classe reste dans l’école, partageant l’éducation des enfants avec les villages alentours.
François a suivi son éducation dans cette école, avant d’aller au collège de la ville.
Les habitants sont donc composés d’anciens pour la plus part, il reste quelques agriculteurs, un boulanger, un épicier. Quelques jeunes se sont aussi installés amenant de la vie et de l’espoir avec leurs enfants.

François travaille dans une entreprise de menuiserie, il a un camion avec lui et se débrouille souvent seul. Il est bien!  Mais voilà le corona vient bousculer cette tranquillité. Son parton lui a dit qu’il sera désormais au chômage.

François est seul chez lui, sa femme l’a quitté, oh ! Pas pour partir avec un autre, il aurait presque préféré, non !  Elle est partie avec la maladie du siècle, le cancer.
Après trois jours de confinement, à tourner en rond dans sa maison, François n’en peut plus, « Il faut agir ! » se dit-il un matin.

Il va voir sa voisine Germaine qui ne sort plus, lui demande ce qu’il peut faire pour elle, celle-ci lui répond qu’elle n’a plus grand-chose à manger, la personne qui s'en occupe ne vient plus. François fait donc ses courses. Il ramène du pain aussi chez les Durand qui ont peur de sortir.
Au fil des jours il a de plus en plus de travail, il récupère des « clients » , il prend son camion pour aller à la ville, se fait souvent arrêter par les gendarmes, il a des feuilles mais sont stock s’épuise. François va voir le maire qui lui donne une dérogation.

Petit à petit, François tisse sa toile sociale, pas virtuelle celle-là! Il est le lien entre les habitants, passant les nouvelles entre Untel et Untel. Il est l’info, relatant le quotidien des gens; il apporte aussi la vie dans ces maisons fermées. Il invente un échange de livres entre les confinés, aide aussi les personnes à se servir des nouveaux outils de communication.
Au début il n’a pas de masque, pas utile qu’on nous dit à la télé, puis quand même se dit qu’il ne faut pas être un facteur de propagation. Il demande à Mauricette, la couturière, de lui faire son armure contre le virus. Il peut ainsi aider plus facilement les gens, leur faisant des petits boulots d’entretien. Il entre dans leur univers.

Voilà! François est heureux de ses initiatives ; chaque visage souriant le conforte dans sa quête. Il a trouvé une nouvelle raison de vivre.

Ce matin, au réveil, François ne se sent pas bien, il a eu une nuit agitée, faite de sueurs et de frissons. François n’est pas idiot, il comprend ce qui lui arrive, il se croyait invulnérable, fort; ce virus c’était pour les personnes âgées, les faibles. Là il comprend,  ce mal l’a investi et il a l’air bien ancré. Il se retrouve seul et affaibli. Il pense à ses enfants mais ne veut les appeler de peur qu’ils arrivent et prennent des risques.
Un nouveau combat s'initie entre lui et cet ennemi invisible qui envahit son propre territoire.
Il va se battre!

Toute crise grave engendre son lot de héros. Des François ils sont nombreux sans  doute. D’autres se diront, après coup « j’aurais dû, pu en faire autant ! "
Certains l’ont fait.

Ce sont des héros ordinaires et François, cela lui convient.

Comme chaque soir un monsieur vient nous dire le nombre de morts du jour.
Ce monsieur s’appelle Salomon il est "directeur de la santé". Directeur de la santé est un métier comptable. Compter les morts.

1 commentaire:

La Fin

Voilà le confinement est terminé, je remercie ceux qui m'ont suivi. Vous pouvez me lire sur mes autres blogs: Réflexion                 ...